www.athle.fr
Accueil
val de reuil athlétique club
Actualités
Dopage : gare à la patrouille !
Commentez cette actualité
12 Février 2014 - Commission communication (Commission comunication)

LA MÊME RÈGLE POUR TOUT LE MONDE

Licencié(e) ou non à la Fédération Française d’Athlétisme. Si, lors d’une compétition votre dossard est tiré au sort pour un contrôle antidopage, vous y soustraire à l’arrivée de la course vous vaudra inévitablement une lourde sanction. Non seulement des instances françaises mais aussi internationales chargées de la lutte contre le dopage. La preuve par un cas d’école.

 

 

Ça peut arriver À tout le monde — mÊme aux non-licenciÉ(E)s. Passez le message autour de vous. Participer à une course à pied quelconque – de village ou très renommée – implique pour le coureur d’en connaître toutes les règles du jeu. Et de les respecter. Par exemple, celle du contrôle antidopage. Contrôle antidopage qui peut prendre différentes formes. Les instances fédérales disposent d’une boîte à outils assez complète pour pincer les fautifs. Ainsi, le contrôle peut se faire par tirage au sort intégral d’un nombre x de dossards (coureurs) ; en ciblant uniquement les athlètes masculins et/ou féminines, les 3 premiers classés toutes catégories d’âge et autre confondues ; ou encore des athlètes bien précis soit de façon préventive, soit par soupçon… De plus, ce contrôle biologique peut être seulement urinaire, sanguin, ou à la fois urinaire et sanguin. Car les contrôles urinaires et sanguins détectent des produits interdits différents. Voyons maintenant un cas d’école. Celui de Jeanne Tombe (1) concurrente non licenciée de la Fédération Française d’Athlétisme (FFA) qui, le 29 septembre 2012, s’aligne sur la course sur route les « 100 kilomètres de Millau ».

 

Un cas d’école, celui de Jeanne Tombe

 

Ce jour-là, l’Agence française de lutte contre le dopage (Afld), via le médecin contrôleur, cible les féminines ; cinq participantes seront contrôlées sur cette 41ème édition des « 100 kilomètres de Millau ». Au tirage au sort des dossards, Jeanne Tombe gagne. Elle sera contrôlée. En début de soirée, à la fin d’un long voyage au bout de la souffrance, à peine la ligne d’arrivée franchie, le médecin contrôleur informe Jeanne Tombe du contrôle anti dopage et des modalités de son déroulement.

 

L’athlète signe le PV (2) de contrôle. Mais, vu son grand état de fatigue dû aux conditions météo difficiles, pluie et humidité tout au long de la course, elle dit, au médecin contrôleur, être incapable d’uriner avant de longues heures. Et propose, en contrepartie, qu’on lui fasse une prise de sang. Chose impossible car le médecin contrôleur n’a pas le matériel ad hoc, et les contrôles sanguins et urinaires recherchent des substances illicites différentes. Malgré ce, sans se présenter au local de prélèvement et sans se douter des conséquences à venir, Jeanne T. quitte à pied le site d’arrivée et regagne son hôtel pour se reposer.

 

Devant l’absence de l’athlète au contrôle, le médecin contrôleur signe un constat de carence. La machine administrative sportive chargée de sanctionner les athlètes qui se soustraient pour une raison ou pour une autre à un contrôle antidopage se met alors en route. Elle va avoir la main lourde. Très lourde.

 

Se soustraire à un contrôle antidopage c’est récolter une lourde sanction…

 

Jeanne T. (ou plutôt son représentant) se retrouve devant la commission disciplinaire de l’Afld. Elle reconnaît ne pas s’être soumise au contrôle antidopage suite à sa désignation et avoir eu connaissance des risques de sanctions. Lors des débats, cette commission rappelle les règles du code du sport en matière de lutte contre le dopage : « Tout athlète (sportif) désigné à un contrôle antidopage a l’obligation, d’une part, de signer la convocation qui lui est présentée l’informant de sa désignation et, d’autre part, de se présenter au local de prélèvement, pour fournir des échantillons biologiques demandés, sous peine d’encourir des sanctions disciplinaires. » La commission ajoute aussi que « la soustraction à un contrôle antidopage est une faute grave vis-à-vis de l’éthique sportive et des dispositions législatives et réglementaires liées à la lutte contre le dopage. » En outre, elle rappelle que « ces dispositions s’appliquent à tous les athlètes : amateur ou professionnel, coureur de village ou grand champion. »

 

Malgré la défense de Jeanne T. Elle présente des excuses. Elle demande l’indulgence pour une amatrice de la course à pied à titre de loisir. À l’issue des débats — la sanction tombe. Deux ans de suspension ! La commission disciplinaire de l’Afld décide de lui interdire la participation aux compétitions et manifestations sportives organisées ou autorisées par la FFA pour une durée de deux ans. Elle enjoint aussi à la FFA « d’annuler les résultats individuels obtenus par Jeanne T. le 29 septembre 2012 lors de la 41ème édition des « 100 kilomètres de Millau ». Y compris le retrait des médailles, points et prix. »


et voir son nom inscrit à l’encre rouge sur la liste des athlètes suspendus par l’IAAF

 

Mais c’est loin d’être fini. Jeanne T. va boire le calice jusqu’à la lie. À la demande de l’Afld, le « Bulletin officiel » du ministère chargé des Sports et la revue de la FFA « Athlétisme Magazine » publient un résumé de la décision. Et, la décision en plus de lui être transmise, l’est aussi à la Ministre chargée des Sports, à la FFA, à l’Agence mondiale antidopage (AMA) et à la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF).

 

Voilà comment un simple contrôle antidopage vire à la totale déconfiture. Voilà comment une athlète anonyme déclenche un engrenage fatal pour elle. Voilà comment sur la longue liste des athlètes puni(e)s pour dopage publiée par l’IAAF le 30 janvier 2014 (3), Jeanne T. voit son nom à côté de ceux de 48 russes, 47 turcs, 17 indiens, 16 kényans, 10 états-uniens, 7 français… Tous suspendus ! Les uns pour prise d’EPO, stanozolol, clenbuterol, cannabis, cocaïne, nandrolone, testostérone, etc. ; les autres pour usage, possession & trafic de substances interdites ; ou encore pour refus de se soumettre à un contrôle antidopage. Quant à l’échelle des sanctions, elle va de 6 mois de suspension au bannissement à vie en passant par 1, 2, 3, 4, 5, 6, 8, 10 et 15 ans d’interdiction de la pratique de l’athlétisme en compétition.

 

Conclusion. Ça arrive à tout le monde même aux non licencié(e)s ! Si, lors d’une course à pied votre dossard est tiré au sort pour un contrôle antidopage, allez-y ! Ça vous évitera bien des ennuis. Un conseil aussi. Si vous prenez un médicament quelconque pour soigner un rhume, une allergie ou autre lisez la notice d’utilisation pour savoir s’il figure sur la liste des produits interdits. Ayez aussi sur vous l’ordonnance de votre médecin qui prescrit le dit médicament. Elle pourrait vous être utile.

 

Pierre-Antoine Garcia

Vice-président du VRAC chargé de la Communication

 

 

 

1. Il s’agit d’un nom inventé. Ici, peu nous importe l’identité réelle de l’athlète, seul le cas d’école nous intéresse.

2. Procès-verbal.

3. Cette liste de 25 pages énumère plus de 360 athlètes suspendu(e)s.

 

 

Pour en savoir plus sur le dopage consultez les sites Internet de :

·    l’Agence française de lutte contre le dopage (https://www.afld.fr/)

·    la Fédération Française d’Athlétisme, rubrique « Médical » en pied de la page d’accueil (http://www.athle.fr/ffa.federation/)

·    la Fédération internationale d’athlétisme, rubrique « Medical/Anti-Doping »

(http://www.iaaf.org/about-iaaf/medical-anti-doping)

·    l’Agence mondiale antidopage, rubrique « Programme mondial antidopage » en tête de la page d’accueil

(http://www.wada-ama.org/fr/Programme-mondial-antidopage/)

·    Slate.fr qui propose un dossier composé de 16 articles sur l’EPO

(http://www.slate.fr/dossier/3125/epo)

 

 

Articles en rapport

NO SHOTGUN contient un composé inscrit sur la liste des produits dopants !!!

(http://vrac.athle.com/asp.net/espaces.news/news.aspx?id=133591)

Le dopage, un fléau qui occupe les esprits de chacun !!!

(http://vrac.athle.com/asp.net/espaces.news/news.aspx?id=133308)

les Réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
13/03 >
01/03 >
17/02 >
17/02 >
10/02 >
06/02 >
03/02 >
31/01 >
27/01 >
22/01 >
16/01 >
15/01 >
08/01 >
07/01 >
07/01 >
31/12 >
30/12 >
20/12 >
20/12 >
16/12 >
SECRETARIAT
Le secrétariat du Val-de-Reuil AC vous accueille:

Lundi      18h à 19h30
Mardi      18h à 19h30    
Mercredi  15h15 à 17h30      
Jeudi       18h00 à 19h30
Nos partenaires




Informations


















Le Val-de-Reuil AC organise les régionaux de durée de marche.
On compte sur vous !! 
ROLINORDIK, 2e EDITION

Venez sur notre manifestation sportive, La Rolinordik 2e édition


RESULTATS 

SCRATCH

PAR CATEGORIES


Labels VRAC

Le VRAC : un club reconnu

3 étoiles FFA

3 étoiles Sport & Handicaps

Labélisé Normand'handi


Les Espaces
CONTACT VRAC

Val-de-Reuil Athlétique Club (VRAC)
Parc des sports - Stade B.Amsalem
2 chaussée de Ritterhude
27100 Val de Reuil


Tél.
09 86 07 39 96 (bureau) 
 ou 06 63 13 31 38

vracathle@gmail.com

___________________

Venez sur notre manifestation sportive, La Rolinordik

17 Janvier 2016

Championnat Régional Indoor

1 Juillet 2017


15 Février 2019

Mise à jour de la revue de presse

_________________________


Records

07 décembre 2018

Mise à jour de la liste de nos partenaires